Diabète et intervention du système immunitaire

  • Description de l'image

diabete intervention immunitaire


Le système immunitaire est notre tour de défense. En plus de son rôle protecteur vis-à-vis des agressions  extérieures,  le  système  immunitaire  joue  un  rôle  primordial  dans  l'équilibre interne  de  l'organisme.  Il  arrive  malheureusement  que  ce  système se  trompe  et  attaque  les propres constituants du corps, comme c'est le cas dans le diabète de type 1.

Dans le diabète de type 2, le système immunitaire est impliqué dans l'activation chronique du phénomène d'inflammation, néfaste sur le long terme pour les cellules.

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune caractérisée par la destruction des cellules bêta productrices de l'insuline, par les lymphocytes T du système immunitaire.
Les lymphocytes T, lymphocytes B, macrophages, neutrophiles et les cellules dendritiques font partie  d'un ensemble  de  cellules  composant  notre  système  immunitaire.  Elles  assurent  des fonctions  particulières  et  agissent  de  manière  coopérative  et  très  organisée  pour  assurer l'équilibre de notre immunité.

Dans  le  cas  du  diabète  de  type  1,  des études ont permis  de  décrire  l'intervention  des  cellules  immunitaires  dans  le  déclenchement  de  la maladie. Ainsi, en absence de macrophages - chargés d'éliminer les restes des cellules bêta mortes naturellement ou suite à une infection - les débris des cellules mortes s'accumulent et attirent  d'autres  types  de  cellules  immunitaires. 

Parmi  elles,  les  cellules  dendritiques  qui présentent  les  antigènes* issus  de  ces  débris  aux  lymphocytes  T.  Les  cellules  dendritiques libèrent également des molécules qui déclenchent le processus d'inflammation.

Les cellules dendritiques entrent donc en contact avec les lymphocytes T qui reconnaissent l'antigène  et  ciblent  ainsi  les  cellules  bêta  du  pancréas  et  les  détruisent,  car considérées comme  un  corps étranger  à  éliminer.  Les  lymphocytes  B  participent  également  dans  cette offensive en produisant des anticorps dirigés contre des composantes spécifiques du pancréas ou contre l'insuline elle même.

Toutes  ces  interactions  entre  les  cellules  du  système  immunitaire  aboutissent  donc  à  la destruction des cellules bêta pancréatiques.

Cette  réaction  auto-immune  a  lieu  dans  un  contexte  particulier  lié  à  la  prédisposition génétique ou à un facteur environnemental déclenchant. Elle s'étale sur plusieurs années avant l'apparition du diabète.

  • Les chercheurs continuent à étudier les caractéristiques de cette réaction auto-immune afin de mettre en place des thérapies protégeant les cellules bêta de l'attaque immunitaire.
*  Un  antigène  est  une  molécule  reconnue  par  des  anticorps  ou  par  des  cellules  du  système immunitaire d'un organisme, susceptible de déclencher une réaction immunitaire.
 

Diabète de type 2


Le processus d'inflammation joue un rôle important dans l'apparition du diabète de type 2 et dans  sa  progression. 

Les  molécules  responsables  de  l'activation  de  l'inflammation  sont fortement présentes dans les tissus du patient diabétique de type 2. Elles participent dans la diminution  de  la  sensibilité  des  muscles  et  du  foie  à  l'action  de  l'insuline.  Ce  phénomène appelé insulinorésistance provoque l'accumulation du glucose dans le sang.

Ces  molécules  dites  pro-inflammatoires,  agissent  également  sur  le  pancréas.  Leur  présence perturbe le fonctionnement des cellules bêta et par conséquent la production de l'insuline qui en sera fortement diminuée (insulinopénie).

La présence des molécules inflammatoires semble être fortement augmentée en cas d'obésité. En effet, dans les conditions normales, il existe un équilibre entre la production des molécules favorisant  l'inflammation  et  les  molécules  dites  anti-inflammatoires.  Les  cellules  du  tissu adipeux  perturbent cet  équilibre  en  favorisant  la  production  des  molécules  proinflammatoires. 

Ainsi,  l'obésité  exacerbe  les  phénomènes d'insulinorésistance  et d'insulinopénie caractéristiques du diabète de type 2.

  • En raison de ces phénomènes, il est fortement recommandé aux patients diabétiques de type 2 de perdre du poids afin de diminuer, entre autre, l'impact défavorable de l'inflammation sur l'action de l'insuline et sur sa production.
Source : Inserm
Les informations et outils mis à votre disposition par Dinno Santé, le sont à titre informatif. Ils ne se substituent en aucun cas aux recommandations de votre professionnel de santé.
Lisez également
Mobilisation des PSAD
Aller plus loin Mobilisation des PSAD

Dinno Santé se mobilise aux côtés de la Fédération des PSAD !

Le b.a.-ba du Projet d'Accueil Individualisé
Aller plus loin Le b.a.-ba du Projet d'Accueil Individualisé

Le projet d’accueil individualisé ou PAI est un document qui rassemble les recommandations spécifiques à l’accueil...