Un de mes petits-enfants est atteint de diabète...

  • Description de l'image

Vous êtes grand-mère ou grand-père d’un enfant atteint de diabète ? Vous avez de nombreuses possibilités de vous informer et de vous former, notamment en participant à des séances d’éducation thérapeutique, des formations sur le diabète et son traitement. Cela vous permettra d’être des personnes ressources pour votre petit-enfant quand vous serez ensemble. Il est en effet utile de savoir prendre une mesure de glycémie ou lire les résultats d’un système de mesure continue du glucose, poser un cathéter, changer les batteries de la pompe à insuline ou faire une injection d’insuline, ou de glucagon si nécessaire. Ces gestes s’apprennent auprès de l’équipe médicale du centre hospitalier dans lequel est suivi votre petit enfant, ou auprès de son prestataire de santé, s’il est sous ce traitement, pour connaître le fonctionnement de la pompe à insuline. Parfois, les parents de l’enfant, donc votre fils ou votre fille, pourront aussi avoir besoin d’aide pour faire face à la nouvelle vie qui s’ouvre à eux après l’annonce du diabète.

Trois questions à Stéphanie Occhipinti, infirmière d’éducation thérapeutique à l’Unité d’endocrinologie de l’Hôpital Saint-Joseph de Marseille.

Les grands-parents sont-ils les bienvenus aux séances d’éducation thérapeutique sur le diabète ?

Pour l’équipe, oui, mais tout dépend bien sûr des relations dans la famille. Les grands-parents qui sont impliqués très activement dans la vie de leurs petits-enfants viennent tout naturellement : une personne qui garde régulièrement un enfant atteint de diabète doit être en mesure de gérer son traitement. Il arrive que des familles sollicitent une formation pour les grands-parents ou la famille éloignée pour que tout le monde comprenne bien ce qu’est la maladie. Lorsque l’enfant est sous pompe à insuline, le prestataire de santé intervient également pour assurer une formation sur le matériel.

Réagissent-ils autrement que les parents pendant ces rencontres ?

Souvent, alors que les parents sous le choc du diagnostic pensent tout de suite à l’avenir lointain, les grands-parents sont plus dans l’émotion. Leurs questions portent sur des choses immédiates : pourront-ils toujours garder l’enfant ? Comment éviter de faire des erreurs de traitement ? Comment réagir en cas de malaise ? Par ailleurs, les grands-parents font traditionnellement le lien entre plaisir et nourriture. Ils ont envie de savoir, par exemple, comment ils peuvent maintenir une alimentation plaisir dans le cadre du traitement : pourront-ils toujours leur offrir un gâteau pour le goûter ?

Arrive-t-il qu’il y ait des problèmes de traitement du diabète chez les grands-parents ?

Dans notre expérience, non. C’est vrai que les grands-parents aiment « gâter » leurs petits-enfants, mais ils essaient de le faire sans nuire à l’équilibre du diabète !

Vous avez un doute sur les valeurs en glucides des différents plats que vous préparez ? Dinno Santé vous propose un compteur glucidique pour être vraiment au point.