La pompe à insuline pour traiter le diabète de type 2

  • Description de l'image

Une étude publiée en 2014 dans The Lancet et menée par le Professeur Reznik du CHU de Caen (1) a montré que la pompe à insuline était plus efficace que les multi-injections dans certains cas de diabète de type 2.

Quel est l’avantage de l’utilisation de la pompe à insuline dans le traitement du diabète de type 2 ?

Chez les patients diabétiques de type 2 qui ont développé une résistance à l’insuline et qui nécessitent des quantités importantes de cette hormone, la pompe à insuline permet le plus souventde réduire les doses.

En effet, elle délivre de l’insuline de manière progressive et continue, ce qui facilite sa résorption et limite l’apparition de lipodystrophies. Ces petites boules de graisse peuvent apparaître sous la peau lorsque l’insuline est injectée en grande quantité avec un stylo.

Quelle est la différence d’utilisation par rapport aux patients diabétiques de type 1 ?

L’utilisation de la pompe à insuline est plus simple chez les patients diabétiques de type 2, car leurs besoins sont plus stables. Ils bénéficient encore d’une sécrétion endogène* d’insuline et ils ont moins besoin de varier les débits.

Les patients diabétiques de type 1 n’ont plus de sécrétion d’insuline et leurs besoins varient beaucoup au cours d’une journée selon ce qu’ils mangent, l’activité qu’ils pratiquent, etc.

À quelles personnes atteintes du par le diabète de type 2, la pompe à insuline peut-elle être conseillée ?

La pompe à insuline est un traitement, pour lequel il faut remplir certains critères. Elle est conseillée aux patients diabétiques de type 2 qui :

  • sont sous insulinothérapie de type basal-bolus avec 4 injections par jour
  • ont un grand besoin d’insuline au quotidien
  • ont une glycémie difficile à équilibrer(2)

L’efficacité du traitement, sa tolérance, le maniement de la pompe et la façon dont le patient se surveille sont réévalués chaque année.

Y a-t-il des patients pour qui l’usage de la pompe à insuline est déconseillé ?

Son usage est déconseillé :

  • aux personnes présentant des troubles cognitifs qui auraient du mal à gérer leur pompe
  • aux personnes isolées ou ayant des difficultés pour rejoindre une structure de soin

D’une manière générale, le patient doit être bien formé à l’utilisation de sa pompe, le plus souvent lors d’une hospitalisation, et bien informé des contraintes.

Cet appareil peut changer la vie et pour pouvoir l’utiliser à bon escient, le patient doit suivre un programme d’éducation spécifique.

*endogène: se dit d’une substance (l’insuline) produite par un organe (le pancréas) qui  se déverse à l’intérieur de l’organisme. Contraire = exogène, qui provient de l'extérieur de l’organisme.

Des questions sur la pompe à insuline ?, retrouvez tous les conseils sur dinnosante.fr

Sources
1) Reznik, Y. et al., Lancet. 2014 Oct 4;384(9950):1265-72. doi: 10.1016/S0140-6736(14)61037-0. Epub 2014 Jul 2.
2)Instabilité glycémique : démarche diagnostique et thérapeutique
Jean-Pierre Riveline1 , Hélène Hanaire2
Service d’Endocrinologie et de Diabétologie, Hôpital Lariboisière 2
Service de diabétologie, maladies métaboliques, nutrition, CHU de Toulouse
2)RÉFÉRENTIEL DE LA SOCIÉTÉ FRANCOPHONE DU DIABÈTE 2009 :
Bruttomesso D, Crazzolara D, Maran A, et al. In type 1 diabetic patients with good glycemic control, blood glucose variability is lower during continuous subcutaneous insulin infusion than during multiple daily injections with insulin glargine. Diabet Med 2008;25:326-32.
Pickup JC, Kidd J, Burmiston S, Yemane N. Determinants of glycemic control in type 1 diabetes during intensified therapy with multiple daily insulin injections or continuous subcutaneous insulin infusion: importance of blood glucose variability. Diabetes Metab Res Rev 2006;22:232-7.