Diabète au féminin : la pompe à insuline à tous les âges de la vie

  • Description de l'image

Lorsque l’on est une femme, le diabète présente des enjeux particuliers à différentes étapes de la vie. De la prise d’une contraception à la ménopause, les changements hormonaux peuvent avoir une influence sur la gestion de la maladie. Comment la pompe à insuline peut-elle aider les femmes diabétiques à mieux aborder ces périodes charnières ? Découvrez à chaque âge, les recommandations du professeur Éric Renard, endocrinologue et diabétologue, à Montpellier. 


La pompe à insuline permet de manière générale de maintenir une glycémie proche de la norme. En effet, l’administration d’insuline en doses variables et affinées diminue le risque d’hypoglycémie qui peut se présenter dans le cadre d’un traitement par injections. Quels sont les avantages particuliers de cette pompe pour les femmes diabétiques ?

Vous prenez une contraception hormonale

Le diabète ne représente pas en soi une contre-indication à la prise d’une contraception hormonale. En effet, la plupart des contraceptifs sont aujourd’hui mini-dosés et ne remettent pas en cause l’équilibre glycémique. Il est cependant possible d’observer une prise de poids dans le cas d’une contraception progestative. Pour autant, ce n’est pas une indication de mise sous pompe à insuline. Cette dernière apporte simplement davantage de contrôle sur la variabilité glycémique, comme à toute autre période de la vie. 

Vous avez un désir de grossesse

Il est recommandé aux femmes diabétiques de programmer la grossesse, c’est-à-dire de concevoir lorsque la glycémie est idéalement contrôlée. En effet, le risque malformatif est fortement corrélé à la qualité de contrôle du diabète. Dans ce contexte, la pompe à insuline permet d’atteindre une glycémie contrôlée grâce à une hémoglobine glyquée idéale (c’est-à-dire 7%) sans hypoglycémie.

Vous êtes enceinte

Pendant la première partie de la grossesse, il existe un risque d’hypoglycémie car les taux d’œstrogènes augmentent et améliorent la sensibilité à l’insuline. Au contraire, en fin de grossesse, les besoins en insuline augmentent. Dans ces deux cas, et si le diabète est déséquilibré lors de la grossesse, la pompe à insuline permettra d’ajuster le traitement de manière plus précise que les injections d’insuline au stylo en régulant le débit basal d’insuline. Un diabète contrôlé est essentiel pendant la grossesse car les déséquilibres glycémiques sont dangereux pour la mère comme pour le bébé.

Vous êtes en période d’allaitement

Lors de l’allaitement, il existe un risque d’hypoglycémie. Si la nouvelle maman sait que sa glycémie chute au moment de la tétée, elle pourra, grâce à la pompe à insuline, réduire de manière anticipée son débit de base pour diminuer ce risque. Cette souplesse de traitement n’est pas possible dans le cas des injections d’insuline au stylo. 

Vous êtes ménopausée

À la ménopause, la femme ne bénéficie plus de son imprégnation œstrogénique, protégeant de la prise de poids abdominale. Cette prise de poids est un facteur de résistance à l’insuline et le diabète est donc plus difficile à équilibrer. En augmentant les doses d’insuline par injections pour essayer de réguler la glycémie, on s’expose à un risque d’hypoglycémie. Grâce à une mise sous pompe, la flexibilité du traitement permet d’augmenter l’insuline seulement lorsque cela est nécessaire.

 

La pompe à insuline permet à la femme diabétique d’atteindre plus facilement un bon équilibre glycémique à tous les âges de sa vie et quels que soient les changements hormonaux qu’elle peut rencontrer.


Retrouvez plus d'informations sur la pompe à insuline.

 

Références 
Professeur Eric Renard, chef du service Endocrinologie-Diabétologie au CHU de Montpellier