Lien entre diabète et sommeil : quelles conséquences sur votre santé ?

  • Description de l'image

Nous passons près d’un tiers de nos vies à dormir. Le sommeil est une nécessité, une fonction vitale indispensable à un bon état de santé, il influe sur la qualité de vie et le bien-être. Outre la récupération physique et intellectuelle, il a plusieurs utilités notamment celle de la régulation des fonctions métaboliques comme la glycémie et l’appétit ce qui explique le rapport étroit qui existe entre sommeil et diabète.

Le corps et ses rythmes biologiques 

Les rythmes biologiques ou rythmes circadiens du corps humain sont basés sur l’alternance jour/nuit. Ils jouent un rôle dans l’établissement du cycle veille/sommeil sur une période de 24 heures. Ils régulent ainsi le sommeil offrant des moments propices à l’éveil avec de bons niveaux d’énergie et d’autres à l’endormissement avec la production de la mélatonine, « l’hormone du sommeil ». Ils ont également une influence sur la quasi-totalité des fonctions de l’organisme. Comme l’alimentation et l’exercice physique, le sommeil est un des piliers de la santé. Il est reconnu que dormir moins de 6 heures/nuit est associé à un risque plus élevé de développer un diabète de type 2, mais aussi une obésité, de l’hypertension artérielle, des pathologies cardiaques et d’avoir des accidents. Par ailleurs, il faut savoir qu’une privation de sommeil entraîne des modifications importantes du métabolisme du glucose comme une réduction de 30% de la réponse insulinique ou une augmentation de 50 % de la résistance à l’insuline.

Sommeil et diabète : une interaction à surveiller

Si le manque de sommeil augmente le risque de développer un diabète chez les personnes prédisposées, il peut aussi peser sur l’équilibre glycémique et donc aggraver un diabète déclaré… Par ailleurs, un diabète avéré augmente le risque de développer d’autres troubles du sommeil. Une interaction aux conséquences complexes et un cercle vicieux dont il n’est pas toujours simple de sortir. Hypoglycémie, hyperglycémie, alerte de la pompe, décrochage du cathéter… nombreuses sont les causes qui peuvent rendre les nuits d’une personne diabétique chaotiques. En effet, le diabète est, en lui-même, une source d’altération du sommeil (insomnies ou réveils nocturnes) le plus souvent dû au besoin fréquent d’uriner ou aux douleurs musculo-squelettiques ou syndrome des jambes sans repos. Chez les personnes diabétiques de type 1, les insomnies peuvent également être directement liées à des troubles de la régulation glycémiques notamment aux hypoglycémies nocturnes. 

L’apnée du sommeil, un trouble du diabète

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS)est une pathologie fréquente chez les personnes diabétiques qu’elles soient de type 1 ou de type 2. Il se caractérise par des apnées répétées au cours de la nuit. Ces arrêts de la respiration provoquent non seulement une fragmentation du sommeil mais aussi une baisse importante du taux d’oxygène dans le sang (hypoxémie) qui ont pour conséquences une insulino-résistance et une baisse de la tolérance au glucose. Une fois le SAOS dépisté, il est important de le traiter via l’utilisation d’un masque facial qui insuffle de l’air dans les voies aériennes afin d’empêcher la fermeture du pharynx lors du sommeil. Ce traitement dit par Pression Positive Continue (ou PPC) permet une amélioration du contrôle de la glycémie et de l’HbA1C, ainsi que de la sensibilité à l’insuline, particulièrement chez les personnes présentant une obésité modérée.

Les bons gestes

Les problèmes de sommeil ne sont pas une fatalité. Les scientifiques préconisent 5 domaines d’action afin d’améliorer la qualité du sommeil: 

  • Soigner l’environnement de la chambre : silence, obscurité, température à 18°C.
  • Inciter à la sieste courte quand cela est possible.
  • Étendre ses heures habituelles de sommeil.
  • Pratiquer une activité physique modérée et régulière. Toutefois, il est déconseillé de le faire le soir trop près du coucher.
  • Améliorer son alimentation et éviter l’alcool.

 

Retrouvez plus d’information sur le syndrôme d’apnée du sommeil.