Pancréas artificiel (ou boucle fermée) : où en est-on ?

  • Description de l'image

La gestion de l’équilibre glycémique est la principale difficulté rencontrée au quotidien par les personnes diabétiques. Véritable révolution annoncée dans le suivi, la mise à disposition du pancréas artificiel ne devrait plus tarder… Zoom sur une technologie au service de l’humain.

L’intelligence artificielle au service du diabète 

Le pancréas artificiel est une nouvelle manière de prendre en charge le diabète.Un moyen de fournir la dose d'insuline la plus adéquate possible, en fonction des besoins de chaque personne diabétique. Le système associe une pompe à insuline, un capteur de glycémie et un algorithme qui peut même pour certain modèle  être auto-apprenant. Celui-ci calcule les doses d'insuline à administrer à partir de la mesure continue de glucose (MCG) et d'informations entrées par le patient, puis délivre automatiquement la dose d'insuline via la pompe.

Des résultats d’études* plus que prometteurs

Les chercheurs sont dans la dernière phase d’études sur la boucle fermée, c’est l’aboutissement de 10 ans de recherche clinique. Plus de 1000 patients adultes et enfants et plusieurs dizaines d’études ont été réalisées pour des résultats plus qu’encourageants.

  • Une augmentation de 10 à 15 % du temps passé dans la cible (70-180 mg/dl) soit 2 à 3 h de plus par jour par rapport au traitement de référence :  la pompe à insuline. 
  • Un effet positif qui se retrouve également la nuit avec une augmentation de plus de 15% du temps passé dans la cible, ce qui implique une réduction des risques d’hypoglycémies nocturnes.
  • Une réduction de moitié du temps passé en hypoglycémie.
  • Par ailleurs sur les populations étudiées, il n’a pas été constaté d’accidents métaboliques aigus de type acidocétoses et/ou hypoglycémies sévères.

Une technologie qui nécessite un apprentissage

A l’heure actuelle, il existe plusieurs dispositifs de pancréas artificiel, et chacun a ses propres paramètres initiaux. La boucle fermée est une merveille de technologie qui demande aux personnes diabétiques de maîtriser l’utilisation d’un certain nombre d’outils comme la pompe à insuline, le capteur de mesure continue du glucose interstitiel (MCG) et, selon la technologie utilisée, le module de commande qui contient l'algorithme, si celui-ci n’est pas déjà intégré dans la pompe. Il faut aussi être capable de dialoguer avec le système, c’est-à-dire savoir évaluer les glucides et ainsi annoncer les repas tout comme la durée et l'intensité d’activité physique. Il est également nécessaire, pour certains modèles, d'être suffisamment ouvert pour accepter les recommandations émanant du système comme les indications de corrections ou de resucrage mais aussi les demandes éventuelles de calibrations supplémentaires. Toutes ces informations permettent au système de jouer son rôle au mieux, il est donc impératif de garder en tête ces éléments pour une utilisation optimum du pancréas artificiel.

La place de l’humain face à la machine…

Si l’on rêve d’une technologie qui agit seule avec autant d’efficacité que le fait le corps humain lorsqu’il fonctionne sans accroc, il faudra encore patienter un peu. En effet, à l’heure actuelle, les systèmes proposés sur le marché ne sont pas aussi autonomes que ce que l’on peut croire. Il incombe aux patients de réaliser encore quelques actions, comme par exemple mesurer les glycémies capillaires afin de calibrer certains dispositifs médicaux, mais aussi savoir identifier les incidents comme les pertes de connexion et les obstructions de cathéter. La généralisation de ces formidables outils ne sonnera toutefois pas le glas de l’éducation thérapeutique. Car si la machine peut apporter un soulagement dans le quotidien, elle n’est pas à l’abri de tomber en panne et pour faire face à ces situations, l’homme devra toujours savoir repasser en mode manuel et prendre soin de lui et de son diabète.

 

Les systèmes de pancréas artificiel sont les outils de demain ! Leur déploiement imminent est porteur d’espoir pour l’ensemble des personnes atteintes de diabète.

 

Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la mesure continue du glucose

 

Références 

Pancréas artificiel : top départ ? Pr Hélène Hanaire Médecin endocrinologue-diabétologue, chef du service Diabétologie, Maladies métaboliques et Nutrition du CHU de Toulouse et past-présidente de la SFD Conférence de presse - SFD 2020

Les études citées par le Pr Hanaire : 

  1. Battelino et al, Clinical Targets for Continuous Glucose Monitoring Data Interpretation: Recommendations From the International Consensus on Time in Range, Diabetes Care 2019
  2. Weisman et al, Effect of artificial pancreas systems on glycaemic control in patients with type 1 diabetes: a systematic review and meta-analysis of outpatient randomised controlled trials, Lancet Diabetes Endocrinol 2017
  3. Bekiari et al, Effect of artificial pancreas systems on glycaemic control in patients with type 1 diabetes: a systematic review and meta-analysis of outpatient randomised controlled trials, BMJ 2018