Dépistage du diabète gestationnel et covid -19

  • Description de l'image

Le diabète gestationnel est une forme spécifique de diabète qui touche environ 8% des femmes enceintes. Il est primordial de le dépister de manière précoce afin de préserver au mieux la santé de la mère comme celle de l’enfant. Face aux contraintes sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19, le protocole de dépistage a dû être adapté pour permettre à toutes les femmes de s’assurer de leur bon état de santé.  

Mieux comprendre le diabète gestationnel 


Le diabète gestationnel est un trouble de la régulation du glucose. Il touche deux types de femmes : 

  • les femmes qui présentent des glycémies élevées en début de grossesse, ce qui peut indiquer qu’elles avaient un diabète non dépisté avant la grossesse. 
  • les femmes qui développent un diabète lors de la grossesse, dans ce cas, il peut disparaître après celle-ci.

Les symptômes

Le diabète gestationnel apparaît chez les femmes enceintes, en général au cours du 2e trimestre de grossesse. Il peut être asymptomatique, c’est-à-dire sans signes visibles ou bien être caractérisé par les mêmes symptômes que ceux du diabète : soif intense, envies fréquentes d’uriner et en volume important, grosse fatigue …

Les conséquences sur la santé

Le diabète gestationnel a des effets délétères sur la santé de la mère comme celle de l’enfant. Chez la mère, les risques de complications sont importants : prise de poids, œdèmes, hypertension artérielle, pré-éclampsie… avec pour conséquences un accouchement prématuré, et /ou par césarienne et un risque 7 fois plus important de développer un diabète de type 2 après la grossesse. Chez l’enfant, le fait d’avoir été soumis à des hyperglycémies in utero va influencer son poids de naissance (en moyenne > 4 kg) ce qui peut entraîner un accouchement difficile, mais aussi une dystocie des épaules (ndlr : lors de l’accouchement, les épaules du bébé ne se mettent pas dans une position lui permettant de sortir, elles se bloquent au niveau du bassin de la mère) ou encore d’autres complications comme une détresse respiratoire, ou un risque de développer un diabète de type 2.

Le dépistage du diabète gestationnel


En France, le traitement et le dépistage du diabète gestationnel sont encadrés par les recommandations SFD/CNGOF (Société francophone du diabète et Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français), datant de 2010. On ne pratique pas un dépistage généralisé, il est concentré sur les femmes à risques afin de les prendre en charge le plus rapidement possible et ainsi de limiter les fameux risques de complications. Le dépistage est basé sur la glycémie à jeun lors du 1er trimestre de la grossesse et sur l’hyperglycémie provoquée orale (HGPO) réalisé entre la 24e et la 26e semaine de grossesse.

Comment se passe le test d’HGPO ?

L’HGPO consiste en l’absorption d'une quantité standard de glucose équivalente à  75 g. La glycémie est mesurée à jeun (seuil : 0,92 g/l), puis après ingestion à 1 heure (seuil : 1,80 g/l ) puis à 2 heures (seuil : 1,53 g/l). Il suffit qu’une seule des valeurs de glycémie soit égale ou supérieure aux seuils définis pour établir le diagnostic de diabète gestationnel. À l’heure actuelle, l’examen nécessite donc de rester au moins 2h30 à l’hôpital ou au laboratoire pour être pratiqué correctement. Or, dans ce cadre, appliquer les règles de la distanciation sociale est impossible ! Aussi, les experts des deux spécialités médicales concernées : les diabétologues et les gynécologues ont proposé une alternative à ce protocole durant la pandémie.

Un protocole spécial Covid-19

Cette alternative est basée sur les mesures de la glycémie à jeun et au taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c). Ainsi, pour les experts, une glycémie à jeun ≥ 0,92 g/l ou un taux d’HbA1c ≥ 5,7% peuvent être considérés comme “anormaux”, et donc peuvent permettre de poser le diagnostic de diabète gestationnel. Ce nouveau protocole ne viendra pas remplacer le précédent, précisent les experts, faisant état du caractère temporaire de celui-ci et uniquement dans le contexte de la pandémie.

 

Ce dépistage est essentiel pour la santé de la mère et celle de l'enfant à naître. Si le médecin fait une prescription médicale en ce sens ou si certains symptômes se manifestent, il est impératif de réaliser ce dépistage. Plus le diabète gestationnel est pris en charge précocement, moins le risque de complications est important.

Vous avez un diabète gestationnel et vous cherchez des conseils pour composer des repas adaptés, découvrez les recommandations de Claire Henry diététicienne-nutritionniste.

 

Références
Diabète gestationnel et pandémie SARS-Cov2(COVID-19).Société francophone du diabète et Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Avril 2020. www.sfdiabete.org/actualites/medical/depistage-diabete-gestationnel-et-pandemie-covid-19