Diabète : un risque accru de dépression ?

  • Description de l'image

Avoir le moral dans les chaussettes, ça arrive à tout le monde ! Mais à certains plus qu’à d’autres… Souffrir d’un diabète doublerait en effet le risque de développer une dépression (1). Environ 12% des diabétiques souffriraient de dépression majeure et 15 à 35% présenteraient des formes plus légères de troubles dépressifs (2).

À l’inverse, et de manière peut-être plus étonnante, le risque de développer un diabète est 36% plus élevé pour une personne qui souffre déjà de dépression (3).

Des causes mal connues

Si des liens semblent bel et bien exister entre ces deux maladies, les raisons de cette association sont encore mal connues à ce jour. Différentes causes pourraient toutefois jouer un rôle :

  • Le poids du diagnostic – le diabète n’a pas bonne presse dans l’inconscient collectif – ainsi que l’impact que cette maladie peut avoir sur la qualité de vie pourraient favoriser l’apparition d’une dépression;
  • Certaines complications comme les douleurs liées aux neuropathies diabétiques par exemple ou les difficultés sexuelles – que ce soit chez l’homme ou la femme –, pourraient avoir également un impact sur l’humeur ;
  • Même si les mécanismes ne sont pas connus, les chercheurs soupçonnent également l’influence du cortisol, l’hormone du stress, dont on retrouve des taux élevés chez les diabétiques ainsi que chez les patients déprimés.

Dépression : à ne pas négliger

Il n’est pas rare que des symptômes dépressifs passent inaperçus.

Or, ces troubles de l’humeur ne sont pas anodins et peuvent avoir un impact très négatif sur le traitement du diabète : un patient déprimé se montrera souvent moins rigoureux dans la prise de ses médicaments ou de son insuline… mais aussi dans le suivi de son régime alimentaire.

Ce qui peut donc avoir un impact sur le contrôle glycémique et l’éventuelle survenue de complications.

Quand consulter ?

Il est important de rester attentif à certains signes évocateurs d’une dépression :

  • des idées noires ;
  • une tristesse intense et persistante ;
  • des insomnies, particulièrement en fin de nuit ;
  • une perte d’estime, et une dépréciation de soi ;
  • un manque d’envie, d’énergie ;
  • de l’apathie ;
  • une modification de l’appétit ; etc...

Si vous avez des soupçons, n’hésitez pas à en parler et à consulter votre médecin qui pourra répondre à vos questions et vous proposer des solutions pour gérer une éventuelle dépression.

 

(1) Anderson RJ, Freedland KE, Clouse RE, Lustman PJ. The prevalence of comorbid depression in adults with diabetes: a meta-analysis. Diabetes Care. 2001 June; 24 (6): 1069-78.
(2)Andreoulakis E, Hyphantis T, Kandylis D, Iacovides A. Depression in diabetes mellitus: a comprehensive review. Hippokratia. 2012, 16, 3: 205-214.
(3) Vancampfort D, Mitchell AJ, De Hert M, Sienaert P, Probst M, Buys R, Stubbs B. Type 2 diabetes in patients with major depressive disorder: a meta-analysis of prevalence estimates and predictors. Depression & Anxiety. 2015 June 26.