Rétinopathie diabétique : savez-vous protéger vos yeux ?

  • Description de l'image

Vous le savez probablement déjà : le diabète est l’une des premières causes de cécité avant 65 ans dans nos pays. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la rétinopathie diabétique est une des complications les plus fréquentes du diabète et la plus handicapante. Toujours selon l’OMS, chaque personne atteinte de diabète de type 1, au bout de 10 ans d’évolution de sa maladie, risque des anomalies rétiniennes. Face à cette information qui peut affoler, il faut rappeler que la prévention est le meilleur moyen de la contrer : un contrôle strict de la glycémie permet de diminuer de moitié le risque de progression de cette rétinopathie (1).

Si le diabète menace les yeux, c’est parce que l’excès de sucre endommage les parois des capillaires, les petits vaisseaux sanguins. Cela entraîne au niveau de la rétine des petits saignements et une mauvaise oxygénation de certaines zones. D’autres dommages peuvent accompagner ce phénomène. Si les effets sur la vue sont réversibles au premier stade, il devient progressivement impossible de les réparer, ce qui peut entraîner une perte de vision complète.

Comment prévenir la rétinopathie diabétique ?

Comme toutes les autres complications du diabète, la rétinopathie est le résultat d’hyperglycémies mal contrôlées sur le long terme. C’est pourquoi l’équilibre de la glycémie reste l’objectif absolu de tous les traitements du diabète : comprimés, stylos d’insuline, pompe à insuline. Il est aussi important de lutter contre l’hypertension artérielle qui nuit elle aussi aux petits vaisseaux rétiniens et aggrave donc la situation. Pour ce faire, votre médecin vous prendra certainement la tension à chaque visite pour mettre en place des traitements correctifs en cas d’hypertension.

Le dépistage est la clé !

Équilibrer le diabète, lutter contre l’hypertension : ce sont des conseils régulièrement donnés aux personnes atteintes de diabète pour éviter les complications. La seule stratégie qui vise spécifiquement la rétinopathie, c’est un dépistage régulier – tous les ans pour toutes les personnes diabétiques, même jeunes. Une visite par an, c’est indispensable puisque la rétinopathie s’installe sur le long terme et que plus elle est détectée tôt, mieux il est possible de la traiter et d’empêcher qu’elle ne s’aggrave.
L’examen n’est pas invasif du tout – il consiste simplement à poser sa tête sur une mentonnière devant une machine qui prend ensuite une photo de la rétine. Cela ne prend que quelques minutes. Parfois, il est nécessaire de vous appliquer des gouttes qui dilatent la pupille pour que la rétine soit plus visible. C’est plus contraignant parce que ces gouttes rendent très sensible à la lumière ; elles empêchent donc de conduire. Mais l’effet disparaît en quelques heures.

Comment se faire dépister ?

Il n’est pas forcément évident de trouver un(e) ophtalmologue, les délais d’attente avant un rendez-vous sont parfois très longs. Cela pourrait expliquer pourquoi que 40 % des personnes atteintes de diabète ne sont pas dépistées conformément aux recommandations (2). En phase de dépistage, il faut un seul rendez-vous par an, et vous pouvez le prendre à chaque fois pour l’année qui suit. Cependant, il existe des solutions alternatives. Dans certaines cliniques du diabète, dans des camions itinérants, ou chez des orthoptistes, vous pouvez vous faire prendre les images de la rétine par une personne qui n’est pas ophtalmologue. Les images sont ensuite envoyées à un(e) ophtalmologue qui va les interpréter, sans pour autant voir le patient. Si vous n’avez pas de suivi de la santé de vos yeux actuellement, votre diabétologue ou votre médecin traitant pourront vous orienter.
En plus de l’examen de fond de l’oeil, votre ophtalmologue pourra aussi vous demander des examens complémentaires comme : la mesure de l’acuité visuelle, la tension de l’oeil, l’angiographie rétinienne (qui vérifie la perméabilité des vaisseaux).

Vous avez déjà votre prochain rendez-vous pour le dépistage ? Si ce n’est pas le cas, pensez-y ! Allez aussi sur le DinnoMag pour découvrir cette infographie qui fait le point sur les complications à éviter.

 

Relecture par : Dr Natacha Germain, Chef du Service d’endocrinologie au CHU de Saint-Etienne(1) Diabetes Care. 2016 Jul;39(7):1089-100. doi: 10.2337/dc16-0024. Epub 2016 Jun 11.
(2) Source : Assurance Maladie (https://www.ameli.fr/orthoptiste/exercice-liberal/prise-charge-patients/depistage-retinopathie-diabetique)