Comment gérer son diabète pendant le ramadan ?

  • Description de l'image

Le ramadan est une période au cours de laquelle votre rythme de vie est complètement modifié, marqué notamment par une alternance de jeûne et d’alimentation riche, un cycle de sommeil écourté et un dérèglement des cycles hormonaux et biologiques.

Tous ces changements peuvent modifier l’équilibre de votre diabète et vous exposer à des problèmes tels que l’hypoglycémie, l’hyperglycémie et la déshydratation, ou des complications plus sévères.

Quelles mesures prendre avant le Ramadan ?

En cas de maladie chronique comme le diabète, le jeûne est dispensé par les écrits du Coran.

Cependant si vous tenez à jeûner, il est important d’en parler avec votre médecin peu importe le traitement que vous suivez. Consultez avant le mois du Ramadan pour qu’il vous fasse faire un bilan général, afin de vous donner les conseils adaptés à votre état de santé. Cette étape est très importante car il y a des risques que le jeûne, pratiqué sans un suivi médical, aboutisse à des complications.

NB : Si vous êtes enceinte, le jeûne est strictement contre-indiqué car il est associé à un risque important pour le fœtus et la mère.

Quelles précautions hygiéno-diététiques adopter ?

Si vous êtes autorisé à jeûner, voici quelques conseils pratiques à suivre :

  •   Structurez vos prises alimentaires autour de 3 vrais repas :

Avant le lever du jour (S’hour), prenez un petit-déjeuner riche en féculents complets (pain, pâtes, riz) qui vous caleront et vous permettront de tenir jusqu’au coucher du soleil en diminuant le risque d’hypoglycémie.

A la rupture du jeûne (Iftar), prévoyez un repas équilibré avec des crudités (carottes, tomates…), de la viande, des féculents (riz complet), un yaourt et un fruit en dessert (pomme, poire…). Limitez les aliments gras et sucrés.

Dans la nuit, plutôt que de grignoter, faites un vrai repas équilibré comme lors du Iftar.

  • Evitez au maximum les pâtisseries ou des biscuits entre les repas. Ces encas, souvent très sucrés, risquent de faire augmenter très rapidement votre glycémie et de vous déshydrater. Mieux vaut en consommer, en petite quantité, à la fin des repas.
  • Buvez beaucoup d’eau ou de thé sans sucre pour vous hydrater. Evitez les sodas trop sucrés.
  • Enfin, limitez l’activité physique et sportive, en particulier en cas de fortes chaleurs, pour réduire le risque de malaise hypoglycémique et de déshydratation. 

Comment suivre au mieux le traitement pendant le Ramadan ?

  • Renforcez l’auto-surveillance glycémique en mesurant votre glycémie avant chaque repas et au minimum deux fois pendant le jeûne. Si vous en êtes en hypoglycémie (< 60 mg/dl) ou en hyperglycémie (>300 mg/dl), arrêtez le jeûne et prenez rendez-vous avec votre médecin.
  • Evitez de rester seul tout au long du Ramadan. Et formez votre entourage à reconnaître les signes de déshydratation et d’hypoglycémie pour qu’ils aient les bons réflexes.

 

Rappel :

Toute décision de suivi du jeûne (que vous soyez traités par médicaments oraux ou par insuline - injection ou pompe à insuline), doit être prise après concertation avec votre médecin traitant, qui saura vous conseiller selon votre type de diabète et votre traitement.

Agathe V., diététicienne-nutritionniste