Diabète et campus : s’adapter à la vie étudiante

  • Description de l'image

Le début des études supérieures, l’entrée à l’université, c’est le premier pas vers la vie d’adulte. Une promesse de liberté mais aussi un changement de rythme… Malgré l’excitation de la nouveauté, s’adapter à la vie universitaire peut être difficile si on ne met pas en place des gardes fous pour se protéger.

Vivre mais pas se laisser vivre

Devenir étudiant(e), c’est une nouvelle aventure qui peut parfois correspondre au moment où l’on quitte le cocon familial. C’est aussi l’opportunité de faire certaines choses pour la première fois, que ce soit au niveau des tâches de la vie quotidienne que de nouvelles activités ou de nouvelles rencontres. Toutefois, si une chose ne doit pas changer, c’est l’attention avec laquelle vous gérez votre diabète. Vivre seul(e) pour la première fois cela peut être un peu déstabilisant voire un peu stressant au début.  Vivre avec un diabète de type 1 implique quelques aménagements au quotidien.

Rigueur et autosurveillance 

Le travail universitaire demande une importante implication personnelle et même si l’on est débordé(e), il ne faut pas oublier de surveiller ses glycémies. Entre le stress des révisions, celui des examens, une alimentation sur le pouce et les soirées étudiantes… autant d’éléments qui peuvent avoir un impact désastreux sur vos courbes glycémiques. Et gare aux conséquences de glycémies qui font les montagnes russes ! Vos résultats scolaires, votre santé physique mais aussi votre vie sociale peuvent en souffrir. En négligeant votre suivi, vous pouvez passer à côté d’expériences et de bons moments. Allez à vos rendez-vous avec votre médecin ou votre diabétologue de manière régulière. 

Alimentation et activité physique

Il est tout aussi primordial de faire attention à ce que vous mangez. Finis les bons petits plats à la table familiale, c’est à vous de jouer ! Dans les premiers temps, vous pouvez vous faire aider dans l'élaboration de vos menus par un(e) diététicien(ne) ou un(e) nutritionniste. Il/elle pourra vous donner des astuces et des conseils pour réaliser des repas simples et équilibrés. Les apéros entre amis ne sont pas interdits, ils doivent juste être adaptés ! Et surtout, n’oubliez pas qu’il ne faut jamais consommer d’alcool sans avoir mangé, c’est vrai pour tout le monde mais c’est crucial lorsque l’on est diabétique. Enfin, prenez le temps d’exercer une activité physique.  Les facultés comme les grandes écoles ont des associations sportives qui proposent des cours aux étudiants ou des inscriptions à des prix préférentiels dans des salles de sport. L’activité physique, c’est non seulement un moyen de prendre soin de vous, mais aussi un bon moyen de lier connaissance avec de nouvelles personnes.

Un semestre à l’étranger ?

Il est de plus en plus fréquent de compléter ses études par un stage à l’étranger. Rien ne vous empêche de suivre votre voie, il suffit de vous organiser. Consultez votre diabétologue pour préparer votre séjour : ordonnance bilingue, matériel, insuline, comme pour tout déplacement, prévoyez le nécessaire pour suivre de manière optimum votre traitement. Vous pouvez également contacter votre prestataire de santé pour avoir des renseignements. Au niveau de votre prise en charge, si vous voyagez dans un pays de l’Union Européenne, pensez à demander une carte européenne d’assurance maladie, elle est gratuite et la demande peut se faire en ligne. Par ailleurs, renseignez-vous auprès de votre caisse d’Assurance Maladie, des accords peuvent exister avec certains pays hors de l’Union Européenne. Si ce n’est pas le cas, renseignez-vous sur le coût des frais médicaux durant votre séjour auprès de votre compagnie d’assurance ou votre mutuelle.

 

Vous voulez partir et voyager pour vos études ? Retrouvez quelques conseils complémentaires en cliquant ici.