Hypoglycémies de nuit : bonjour l’angoisse ?

  • Description de l'image

Chaque année, 1% des enfants diabétiques de type 1 connaissent une hypoglycémie de nuit sévère. Les hypoglycémies de nuit sans gravité sont encore beaucoup plus nombreuses.

Pour beaucoup de parents, ces événements qui peuvent aller jusqu’à présenter un risque vital, sont une grande source d’angoisse. Comment y faire face ?

La gravité des hypoglycémies de nuit

Les hypoglycémies sévères peuvent entraîner un coma, et parfois des convulsions. La moitié d’entre elles se déroulent la nuit. Elles comportent un risque vital, mais peuvent être écartées par l’administration de glucagon par les proches des personnes diabétiques formés à ce type d’intervention.

Les parents qui y ont assistés sont souvent marqués à vie. Heureusement, ces événements sont très rares. 

Les hypoglycémies non sévères, qui réveillent l’enfant, sont plus fréquentes. Sans danger, ces incidents-là restent désagréables : l’enfant se réveille en pleine angoisse, souvent avec l’impression d’avoir fait un cauchemar. Dans ce cas, le resucrage est la seule solution.

Pourquoi ?

De nuit ou en journée, une hypoglycémie est toujours liée à un déséquilibre entre les glucides absorbés et l’insuline administrée. Trois causes de déséquilibres :

  1. Une prise d’insuline excessive, par inadvertance ou par erreur (par exemple pour tenter d’éviter une hyperglycémie matinale).
  2. Une activité physique imprévue ou inhabituelle en soirée sans révision de la dose d’insuline.
  3. Un repas absent ou insuffisant (faible apport en glucides) le soir.  

Les hypoglycémies ne sont pas une fatalité, certaines précautions à prendre permettent de diminuer le risque :

  • bien faire attention à ne pas donner une dose trop importante en insuline,
  • s’assurer que l’enfant ait mangé toute sa ration,
  • et tenir compte du sport s’il est fait en fin de journée.

Comment éviter les hypoglycémies nocturnes ?

Il est possible d’éviter les hypoglycémies nocturnes – la grande majorité des enfants souffrant de diabète passe de bonnes nuits !

Cela demande cependant de la vigilance comme expliqué ci-dessus, et aussi des contrôles même la nuit : un vers minuit, et un autre vers quatre heures du matin de temps en temps qui sera conseillé par le diabétologue en cas de besoin.

Certains diabétologues conseillent aussi de faire un contrôle lors de tout réveil nocturne, juste pour s’assurer que tout va bien. Heureusement, le remboursement des accessoires de mesure de glucose en continu devrait bientôt avoir lieu et donc faciliter l’accès à ces dispositifs.

Il existe des solutions techniques pour faciliter la vie des parents, notamment les systèmes de mesure de glucose en continu, dont certains proposent même des alarmes quand les résultats deviennent anormaux. Mais quel que soit le mode de contrôle choisi, ce qui assurera la meilleure tranquillité reste toujours la prévention !

Pour lutter contre les hypoglycémies la nuit, il faut mieux les comprendre. Retrouvez d’autres astuces sur le site dinnosante.fr pour comprendre la glycémie de votre enfant.

Sources
Graveling,, AJ. Et al., Diabetes Res Clin Pract. 2017 Nov;133:30-39. doi: 10.1016/j.diabres.2017.08.012. Epub 2017 Aug 23.
Dr Randa Salet, diabétologue pédiatrique au CHU de Nîmes
 
 

Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de cette réglementation, le marquage CE.