Diabète et première contraception : comment faire son choix ?

  • Description de l'image

Diabète et contraception font bon ménage

Il est tout à fait possible d'avoir une contraception efficace et sans danger, même si le diabète intervient dans les choix possibles. En effet, s’il n’y a pas de contre-indications à proprement parler vis-à-vis des différentes méthodes contraceptives, certaines sont plus adaptées lorsque l’on a un diabète de type 1 ou de type 2.

La contraception orale hormonale

Il existe différents types de pilules contraceptives, toutes sont efficaces si elles sont prises dans les bonnes conditions : ce qui veut dire tous les jours et à la même heure. La pilule œstro-progestative, faiblement dosée, est la plus fréquemment prescrite chez les femmes diabétiques, de moins de 35 ans, à condition qu’elles aient un diabète équilibré et aucune complication vasculaire. Les pilules progestatives sont généralement prescrites si les œstrogènes ne sont pas bien tolérés.

 

À noter : Une visite de contrôle est nécessaire dans les trois mois après la première prescription afin de vérifier si elle convient et si il est facile de l’utiliser correctement. 

Le préservatif masculin

S’il est essentiel pour se protéger efficacement des infections sexuellement transmissibles (IST) comme les chlamydiae, le VIH ou encore les hépatites B et C, le préservatif n’est pas 100% fiable comme méthode contraceptive. Il est donc nécessaire de l’associer, lors des rapports sexuels, avec une autre contraception.

Les autres méthodes

Les implants sont également utilisables chez les jeunes femmes diabétiques, ils sont insérés sous la peau en général au niveau du bras. Ils sont efficaces et ont une durée d’action de 3 ans. Les dispositifs intra-utérins (DIU) sont également des moyens de contraception efficaces si la pilule est mal tolérée. Ils sont disponibles sous deux formes : le DIU au cuivre (sans hormone) qui a une durée d’action de 4 à 10 ans ou le DIU hormonal qui lui doit être changé au bout de 5 ans.

 

Attention au tabac ! 

L’association diabète-tabac-pilule est totalement contre indiquée car elle augmente de façon très importante le risque vasculaire, c’est-à-dire que cela fragilise le cœur et les vaisseaux sanguins.

En résumé

Le choix du mode de contraception doit se faire en concertation avec un professionnel de santé pour trouver la solution la plus adaptée à votre cas. En effet, il peut exister des contre-indications spécifiques à un contraceptif, consultez les notices de chaque produit de santé.

À savoir :Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, prévoit d’étendre la gratuité de la contraception, déjà appliquée chez les 15-17 ans depuis 2013, aux jeunes filles moins de 15 ans qui en ont besoin.

 

Avant toute prescription d’une contraception il est primordial d’avoir un diabète équilibré, retrouvez nos conseils dans cet article

www.dinnosante.fr/fre/33/etre-attentif-a-sa-sante/etre-attentif-a-sa-sante/infographie-maintenir-un-equilibre-glycemique-qu-est-ce-qui-marche

Références :  (1) Fiche mémo : Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire HAS Juillet 2013 – Mise à jour juillet 2019 ; (2) Choisir sa contraception. Site internet d’information grand public du Ministère de la santé. Consultable en ligne : www.choisirsacontraception.fr/contraception_tableau_comparatif.htm ; (3) Contraception chez l’adolescente, quoi de neuf ?  Vincent Richeux. Medscape France,17/10/2019.