Toutes les étapes pour une grossesse qui se déroule bien, avec son diabète !

  • Description de l'image
Publié le 05.08.2019
J'aime

En cas de diabète, entamer un projet de grossesse ne se fait pas à la légère. Mais une fois que vous avez franchi le pas, une stratégie spécifique à la femme enceinte, menée avec votre gynécologue et votre diabétologue, vous permettra de vivre ces mois très spéciaux sans danger, et sans stress.

La grossesse est aujourd’hui possible pour les femmes atteintes de diabète. Elle entraîne toutefois un certain nombre de risques pour le fœtus que nous avons résumés dans un article précédent

Mais ce n’est pas tout. Le métabolisme fluctue au cours de la grossesse. Au cours du premier trimestre, on observe généralement une diminution de vos besoins en insuline et une augmentation du nombre d’hypoglycémies est possible, suivi par des effets de rebond. Entre le deuxième et le troisième trimestre, surtout vers le sixième mois, au contraire, vos besoins en insuline sont presque multipliés par deux. Le risque est donc plutôt celui d’une hyperglycémie (dangereuse pour le bébé) et même d’une acidocétose : l’accumulation dans votre sang de corps cétoniques à cause du manque en insuline qui peut entraîner des malaises graves pouvant aller jusqu’au coma. Au contraire, les dernières semaines de la grossesse, les besoins d’insuline se stabilisent, voire baissent un peu.

Un suivi à adapter

Il faudra tenir compte de ces changements dans votre traitement en modifiant les doses d’insuline au fur et à mesure de la grossesse, et aussi en emportant partout avec vous les bandelettes qui permettent de détecter la présence de corps cétoniques dans l’urine. Ces bandelettes urinaires sont à utiliser en cas d’hyperglycémie pour pouvoir surveiller la survenue de l’acidocétose.

Bien s’entourer pour une grossesse sans risques

Il est clair qu’une grossesse pour une femme atteinte diabète doit nécessairement s’accompagner d’un suivi médical pointu et attentif. Vos visites chez votre diabétologue devront être plus fréquentes, avec des rendez-vous une à deux fois par mois. Il sera utile de trouver un(e) gynécologue qui connaît le diabète. Il est aussi souhaitable de repérer une maternité de niveau 2 ou 3 pour le suivi de grossesse dites “à risques” et aussi ce type d’établissement dispose d’un service de néonatologie (spécialisé dans le suivi des nouveaux nés des femmes diabétiques).
N’hésitez jamais non plus à solliciter votre équipe médicale, à consulter en urgence en cas de malaise ou si vous constatez que vous présentez des symptômes d’acidocétose :

  • un besoin d’uriner important,
  • une soif intense,
  • une haleine qui sent la pomme,
  • des douleurs abdominales.

Un équipement un peu différent ?

On l’a vu, pendant la grossesse, le traitement évolue parfois rapidement et les doses doivent être adaptées très régulièrement. Par ailleurs, il est important que la glycémie soit presque toujours à l’équilibre déjà avant la conception, et pendant toute votre grossesse. C’est le cas pour toutes les personnes diabétiques bien entendu, mais la marge d’erreur diminue pendant la grossesse.
Pour obtenir ce résultat, votre médecin, selon votre cas, vous proposera un système de mesure du glucose en continu pour pouvoir suivre discrètement et à tout moment votre glycémie et éviter, grâce aux alertes et alarmes, des hyperglycémies et des hypoglycémies.
Si vous êtes traitées par comprimés, il est conseillé d’en parler avec son diabétologue, car certains antidiabétiques oraux sont contre-indiqués pendant la grossesse et il faut recourir à des injections d’insuline. Par ailleurs, pour certaines femmes, il pourra être difficile de maintenir une glycémie dans la cible tout au long de la journée avec une seule injection par 24 heures. C’est pour cela que deux ou trois injections dans la journée pourraient être conseillées par votre médecin.
Vous pouvez continuer à faire des injections dans la peau du ventre. L’injection sous-cutanée étant très superficielle, il n’y a aucun risque de piqûre pour le fœtus. Le ventre reste un endroit où l’insuline est bien absorbée.
Dans certains cas, votre diabétologue pourra vous proposer la pompe à insuline qui est aussi un excellent outil pour équilibrer le diabète. En effet, l’administration continue d’insuline pourrait être conseillée et vous éviter des nombreuses piqûres par jour.

A surveiller pendant la grossesse

Comme pour toute femme enceinte, l’alimentation doit être varié, équilibré, riche en calcium, fer et vitamines. La quantité de glucides n’est pas obligatoirement modifiée mais plutôt fractionnée. S’il existe un surpoids, votre diabétologue en liaison avec une diététicienne peut diminuer modérément l’apport de calories et de glucides, surtout pour éviter une prise de poids excessive.
En plus des analyses habituelles du suivi de la grossesse, votre diabétologue pourra vous demander une HbA1c ou une fructosamine une fois par mois. La fructosamine, comme l’HbA1c, renseigne sur l’équilibre glycémique mais sur une période plus courte (2-3 semaines).
Un examen du fond d’oeil est aussi préconisé tous les 3 mois vous pourra être aussi demandé par votre diabétologue. L’apparition de lésions rétiniennes ou leur aggravation pendant la grossesse doit faire l’objectif d’une surveillance attentive.

Continuer le suivi après la grossesse

Restez vigilante, même après l’accouchement. L’allaitement est non seulement possible, mais recommandé. En cas de diabète non insulinodépendant, il faut retarder la reprise des comprimés hypoglycémiants car ils passent dans le lait. L’insuline, au contraire, ne doit pas être interrompue le temps de l’allaitement. Par ailleurs, les doses d’insuline doivent rester adaptées. En effet, l’allaitement aussi peut déséquilibrer le diabète : il consomme du glucose et augmente donc le risque d’hypoglycémie. Et puis, si la grossesse a été l’occasion de prendre de bonnes habitudes qui ont permis de mieux maîtriser sa glycémie, autant les préserver sur le long terme !

 

Vous avez un projet bébé ? N’attendez pas pour vous renseigner sur les meilleures manières d’assurer l’équilibre de votre glycémie sur dinnosante.fr !

Prise en charge de la grossesse au cours du diabète de type 1. Référentiel de la Société Francophone du Diabète (SFD) 2010. Médecine des maladies Métaboliques - Février 2011 - Vol. 5 - N°1
Relecture / validation : Pr Pierre-Henri Ducluzeau, Diabétologue, CHRU de Tours
Les informations et outils mis à votre disposition par Dinno Santé, le sont à titre informatif. Ils ne se substituent en aucun cas aux recommandations de votre professionnel de santé.